«

»

Fév 24

Coliques du nourrisson : difficile d’y échapper


Banales chez les nourrissons, elles sont la hantise des parents qui n’en peuvent plus d’entendre pleurer leur bébé et se sentent impuissants. Pas de panique, le calme est votre meilleur atout.

DR

DR

Les coliques apparaissent en général une vingtaine de jours après la naissance et se manifestent par crises plus ou moins répétées. Bébé pleure beaucoup, se tortille, crie, il peut avoir des gaz, des rots, devient rouge, semble avoir mal au ventre.

Ces crises peuvent survenir à n’importe quel moment de la journée, avec un petite prédilection pour les fins d’après-midi et quelquefois, au plus grand désespoir des parents, la nuit. Rassurez-vous, elle disparaissent spontanément au cours des trois ou quatre mois suivants, mais il est important d’en parler à votre pédiatre car il doit éliminer toute autre maladie comme un reflux gastroœsophagien par exemple.

Pourquoi a t-il mal ?

Les nourrissons boivent une quantité très importante de liquide proportionnellement à leur taille et à leur poids, ce qui provoque chez certains une distension du tube digestif qui elle-même entraîne un ballonnement abdominal douloureux. L’intolérance à certaines protéines du lait de vache peut aussi être en cause. Plusieurs études ont démontré que le tiers des nourrissons de moins de trois mois qui souffrent de coliques sont soulagés lorsqu’on exclut le lait de vache de leur alimentation et rechutent quand on le réintroduit. Mais les bébés allaités au sein ne sont pas non plus à l’abri de ces coliques.

Comment le soulager ?

• Il existe aujourd’hui des laits premier âge sans lactose et surtout enrichis en ferments lactiques, des substances qui limitent la fermentation dans l’estomac et donc la production de gaz.

• Veillez à ce que votre bébé ne boive pas trop vite et qu’il trouve après le repas une position qui le soulage.

• N’ajoutez pas de trop grandes quantités de farine dans les biberons.

• Certains médecins préconisent l’administration d’un peu de purée de carottes dans le biberon (60 à 70 g par 24 heures pour un tout-petit), associée à des ferments lactiques (deux à trois gélules par 24 heures).

• Le plus souvent, il se calme si vous le bercez dans vos bras ou si vous le promenez en le portant à califourchon sur votre avant bras. D’autres bébés préfèrent être portés verticalement assez haut contre votre épaule, en maintenant bien le bas de leur dos. Dans cette position, ils se décontractent et expulsent plus facilement rots et gaz.

• Vous pouvez aussi lui placer une bouillotte tiède sur le ventre, lui masser doucement l’abdomen en cercle de droite à gauche ou le coucher à plat ventre sur vos genoux en lui massant le dos.

Si cela ne suffit pas, lorsque le médecin se sera assuré que la distension abdominale est bien en cause, il  pourra vous prescrire certains antispasmodiques ou des remèdes homéopathiques tels que Magnesia Phosphorica ou Colocynthis (il replie les jambes sur le tronc), Dioscorea (il se cambre en arrière),  Licopodium  (il a des gaz et pleure surtout entre 17 et 20 h), Nux Vomica (il souffre surtout pendant ou après les repas)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>