«

»

Mai 13

L’hypertension touche aussi les femmes


A l’occasion de la journée mondiale de l’hypertension artérielle (HTA) du 14 mai prochain, la Fédération Française de Cardiologie rappelle que la grossesse et la ménopause sont des périodes à risques pour les femmes.

DSC07610L’hypertension correspond à une pression du sang en permanence trop élevée dans les artères. Elle est dangereuse, car elle fatigue le cœur, crée des lésions graves au niveau des artères et provoque des accidents aigus cardio-cérébro-vasculaires. Non contrôlée, l’hypertension artérielle figure ainsi parmi les premiers facteurs de risque de maladies cardio-vasculaires et d’accidents vasculaires cérébraux (AVC). Or en France, si 10 millions d’hypertendus sont traités, on estime à 4 millions le nombre de ceux qui ignorent encore leur état.

10 à 15 % des grossesses

Enceinte, notamment lors de sa première grossesse, une femme  peut développer une hypertension artérielle spécifique, due à un développement imparfait du placenta qui nourrit le fœtus. Elle apparaît, le plus souvent, à partir du deuxième trimestre de la grossesse et doit être prise en charge de façon coordonnée avec l’obstétricien, le cardiologue et le médecin traitant pour éviter les complications maternelles et fœtales. Son dépistage doit être réalisé tous les mois dès le premier trimestre. Après l’accouchement, un bilan spécifique de l’hypertension, une meilleure hygiène de vie et un suivi régulier sont recommandés.

Ménopause : un risque accru

A la ménopause, les œstrogènes naturels diminuent progressivement, épaississant les parois des artères qui deviennent plus rigides. Parallèlement les femmes prennent du poids, la taille s’épaissit… et le nombre de femmes hypertendues augmente. Après 65 ans, une femme sur deux souffre d’hypertension. Or, une femme hypertendue a un risque plus élevé qu’un homme de présenter un accident cardio-vasculaire et surtout cérébro-vasculaire.
Après une discussion avec son médecin, le traitement hormonal de la ménopause (œstrogènes transcutanés et progestérone naturelle) qui n’induit pas d’élévation de la pression artérielle ni de prise de poids, peut être prescrit pour améliorer la qualité de vie. Sa prescription sera ensuite réévaluée tous les ans et assortie d’un suivi cardiaque et gynécologique régulier.

Lire aussi 7-regles-pour-prevenir-lhypertension

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>