«

»

Nov 06

L’immunothérapie moins efficace avec des antibiotiques


Une bactérie intestinale déjà connue pour diminuer le risque de diabète de type 2 et d’obésité chez la souris pourrait bien contribuer au succès des traitements par immunothérapie…

La prise d’antibiotiques rend le traitement par immunothérapie moins efficace chez des patients atteints d’un cancer (poumon, rein, vessie, mélanome métastatique), révèle une étude publiée dans la revue Science par des chercheurs de l’institut Gustave Roussy, l’Inserm, l’Inra, l’AP-HP, IHU Méditerranée Infection et l’Université Paris-Sud. Or, environ 20% des malades du cancer sont sous antibiothérapie.

En revanche, les chercheurs ont observé un microbiote intestinal (flore intestinale) riche en bactéries intestinales appelées Akkermansia muciniphila chez les patients répondant le mieux à l’immunothérapie et chez ceux dont la maladie était stabilisée pendant au moins 3 mois. D’où leur idée d’administrer ces Akkermansia muciniphila chez des souris au microbiote a priori défavorable. Résultat :  l’administration de ces bactéries permet bien de restaurer l’efficacité de l’immunothérapie grâce à l’activation de certaines cellules du système immunitaire. Cette découverte pourrait permettre à terme de développer de nouveaux traitements basés sur une combinaison bactéries/immunothérapies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>