«

»

Fév 25

Glaucome : surveillance rapprochée après 40 ans


Principale cause de cécité en France, cette maladie est due à une pression excessive dans l’œil. Elle évolue le plus souvent à bas bruit sans provoquer ni douleur, ni baisse de vision pendant des années. D’où la nécessité de se faire dépister régulièrement.

A partir de la quarantaine, chez certaines personnes, l’humeur aqueuse, le liquide transparent qui remplit l’œil dans sa partie antérieure, n’est plus évacuée suffisamment. Elle s’accumule alors à l’intérieur même de l’œil, provoquant une tension excessive. C’est le glaucome.

Deux types de glaucome

Les plus fréquents, les glaucomes dits « à angle ouvert » évoluent en silence. Lorsqu’une altération de la vision périphérique apparaît, une partie du nerf optique (celui qui transmet l’information de l’œil au cerveau) est déjà détruite.

Très différents, les glaucomes par fermeture de l’angle, ou glaucomes aigus, se révèlent de façon violente par des yeux rouges et douloureux, des maux de tête et des nausées. La pression oculaire s’élève si rapidement qu’une intervention chirurgicale immédiate est indispensable pour évacuer l’humeur aqueuse en excès. Sinon, le glaucome aigu peut rendre aveugle en 48 heures, alors que prise en charge à temps, la maladie est réversible.

La meilleure prévention

Rien ne vaut un bilan régulier chez un ophtalmologiste dès l’âge de 45 ans (40 ans en cas d’antécédents familiaux). Le glaucome peut être facilement dépisté par des examens rapides et indolores. L’ophtalmologiste pratiquera notamment un examen visuel complet après avoir instillé quelques gouttes de collyre dans les yeux du patient afin de dilater la pupille. Un test appelé (tonométrie) lui permettra aussi de vérifier et mesurer la pression oculaire.

Quels traitements ?

Les causes précises de la maladie n’étant pas connues, on ne peut pas en guérir, mais on sait l’empêcher de progresser et de s’aggraver, à condition de prendre son traitement à vie.

En cas de glaucome « à angle ouvert », la personne devra instiller un collyre une ou deux fois par jour dans l’œil malade, afin de diminuer la production de liquide ou faciliter son évacuation.

Le traitement par laser peut être envisagé pour diminuer la production de liquide ou faciliter son évacuation. Cette opération n’est pas définitive, si la pression oculaire remonte il faudra recommencer.

Si les collyres ou le laser ne donnent pas de résultat probant, une chirurgie dite filtrante permettra de créer une soupape qui facilite le drainage du liquide.

Toutes ces traitements ne permettent pas de recouvrer la vision perdue, mais ils préviennent une aggravation.

3 pings

  1. Glaucome : dépistage gratuit » AuxPtitSoins

    […] glaucome est une maladie grave qui entraine une détérioration progressive et irréversible du nerf […]

  2. Glaucome : pensez-y ! » AuxPtitSoins

    […] cette maladie oculaire silencieuse, indolore et peu connue, qui abime le nerf optique et peut engendrer une cécité irréversible si […]

  3. Glaucome : faites-vous dépister – AuxPtitSoins

    […] visuels lance la 7ème édition d’une grande campagne de sensibilisation et de prévention du glaucome, première cause de cécité en Europe. Objectif : dépister cette pathologie qui s’installe […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>