«

»

Sep 02

BPCO : un traitement sans attendre !


Plus la Bronchopneumopathie chronique obstructive est prise en charge tôt, plus la multiplication des lésions irréversibles est ralentie.

CouvCarnetSuiviBPCO_35KoCette inflammation chronique des voies aériennes provoque toux, essoufflement, crachats et au fil du temps une insuffisance respiratoire. Pour éviter d’en arriver là, la priorité absolue est d’arrêter de fumer, mais aussi d’avoir une activité régulière, qu’il s’agisse de jardiner, de jouer à la pétanque, de marcher… Un diététicien peut également aider les malades à adopter ou à garder une alimentation équilibrée et suffisante, car trop souvent l’encombrement bronchique leur coupe l’appétit et ils ont tendance à beaucoup maigrir et à perdre leurs forces. La société de pneumologie de langue française a d’ailleurs élaboré un carnet de suivi de la BPCO qui informe les malades et les accompagne lors de chaque consultations avec un professionnel de santé.

Le kiné, incontournable

La réhabilitation respiratoire à l’effort par un kinésithérapeute formé est une composante essentielle de la prise en charge de la BPCO. L’objectif est le désencombrement bronchique. Concrètement, le kinésithérapeute enseigne au malade les techniques pour se drainer, en gardant ses bronches ouvertes le plus longtemps possible (technique du flutter) et pour utiliser sa toux. Il lui apprend également à  vérifier la quantité et la couleur de ses sécrétions pour consulter au plus vite en cas d’exacerbation et ainsi prévenir les complications.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>